Quels risques face au Coronavirus lorsque l'on a un cancer du sein ?

Coronavirus et cancer du sein

Coronavirus et cancer : quels sont les risques?

Coronavirus et cancer du sein

Alors que l'épidémie du coronavirus rode toujours, Bahan a réuni dix informations importantes concernant les risques du coronavirus lorsque l'on a un cancer du sein :

1. Le Coronavirus n’est pas plus dangereux pour les personnes atteintes d’un cancer du sein, puisque pour le cancer du sein l’immunodépression est en général assez modeste. En revanche, les personnes qui souffrent de cancers du poumon sont beaucoup plus fragiles face au risque d’une infection pulmonaire, comme ceux atteints d’un cancer ORL, et les personnes âgées

2. Les patients d'un cancer du sein sous hormonothérapie ne sont pas plus « à risque » que l’ensemble de la population, car il n’y a aucun lien rationnel entre hormonothérapie et risque d’infection virale. Idem pour celles touchées par le cancer du sein qui ont terminé leurs traitements anticancéreux

3. N’accélérez pas votre rythme de consultations, puisque il est impératif de limiter le plus possible les déplacements et réunions (y compris familiales par exemple) et de respecter le confinement

4. Il est possible de décaler, par principe de précaution dans certains cas, certaines chimiothérapies adjuvantes, mais la plupart des chimiothérapies standard ne posent pas de problème infectieux

5. Les oncologues déprogramment les chirurgies oncologiques "non urgentes" pour libérer des lits, redéployés en priorité pour les patients atteints de forme sévères du coronavirus, suite à la demande du jeudi 12 mars 2020 du ministère de la santé

6. Vous n’êtes pas seules ! Les oncologues prévoient de développer au maximum les téléconsultations pour les consultations de suivi, le renouvellement d’ordonnances par courrier et déléguer ce qui peut l’être en hospitalisation à domicile. Pour les consultations de cancer du sein qui doivent impérativement avoir lieu, des mesures d’éviction des accompagnants sont mises en place, de façon à limiter le plus possible la promiscuité au sein de l’hôpital

7. La cortisone ne pose pas de problème si le traitement est ponctuel. Pour ceux qui l’utilisent pendant plusieurs semaines, il faudra évaluer, au cas par cas, au regard de l’état médical de chacun, le bénéfice de poursuivre ou non ce traitement

8. Vigilance cependant face à certains médicaments ! L'Ibuprofène a une dangerosité potentielle pour les personnes atteintes par le coronavirus. Attention à ne pas stopper de votre propre chef un traitement contre le cancer du sein au long cours prescrit par votre médecin. Si vous avez un doute, appelez votre hôpital ou votre oncologue. En revanche si vous n'avez pas de prescription, ne vous auto-médiquez pas avec des médicaments anti-inflammatoires sans avis

9. Chez Bahan, nous vous conseillons de boire un verre d’eau chaude citronné le matin au réveil, puis de boire des boissons chaudes au cours de la journée. Idem, continuez vos entraînements sportifs à la maison, qui au-delà de vous aider à relâcher la pression, renforceront votre vitalité

10.  Dernier point : même en quarantaine, continuez à prendre soin de vous. Chez Bahan, nous prônons le fait qu'il est essentiel de continuer à se sentir bien dans sa peau pour faire face à cette période compliquée.



Chez Bahan nous prenons les précautions nécessaires pour vous recevoir dans nos deux boutiques Parisiennes oncologiques BAHAN, avec ou sans rendez-vous. Nous sommes également à vos cotés à travers le blog et nos réseaux sociaux.

Post suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés